En cas de refus d’embarquement, de retard ou d’annulation d’un vol, vos droits sont définis par le règlement européen (CE) n° 261/2004 relatif aux droits des passagers aériens.

Si l’annulation du vol intervient plus de 2 semaines avant la date de départ prévue, le passager peut en principe choisir entre :

  • le remboursement du prix du billet initial, ou ;
  • solliciter un vol de remplacement dans les conditions de transport comparables et dans les meilleurs délais.

Compte tenu de la situation actuelle liée à l’épidémie de COVID-19, il pourra être difficile pour les compagnies aériennes de proposer un réacheminement dans un délai raisonnable.

Si le passager est informé de l’annulation moins de 2 semaines avant la date de départ prévu, il peut en plus avoir droit à une indemnisation pouvant varier entre 250 et 600 euros.

Toutefois, la Commission européenne a pris position en indiquant qu’en cas d’annulation ou retard du vol en lien avec la pandémie COVID-19, l’indemnité forfaitaire prévue par le règlement européen ne sera pas due par la compagnie aérienne. En effet, la Commission européenne considère l’épidémie COVID-19 comme constituant une circonstance exceptionnelle au sens du règlement CE n°261/2004 sur le droit des passagers aériens.

Cela ne porte pas préjudice aux autres droits prévus par le règlement, à savoir le droit à l’information, le droit au remboursement ou réacheminement ainsi que le droit à la prise en charge du passager.

Consultez le site de la compagnie aérienne pour connaître le statut de votre vol et les éventuelles mesures exceptionnelles proposées comme le remboursement sous forme de bon à valoir / voucher. Compte tenu des énormes difficultés qui vont toucher le secteur du tourisme, il sera parfois judicieux de préférer un remboursement sous forme de bon à valoir / voucher. En effet, en cas de faillite de la compagnie aérienne il sera quasiment impossible d’obtenir le remboursement dû. 

Plus d’informations sur le site guichet.lu